Rosé Millésimé 2005

Généreux, précis. Tout Charles !  

 

UNE BEAUTÉ CLASSIQUE DANS LA TRADITION CHAMPENOISE.

Le Rosé 2005 a pris le temps de mûrir patiemment : le profil solaire de l’année lui a donné cette structure anguleuse et généreuse qui demande des années pour s’arrondir et s’épanouir. Après plus de 10 ans sur lies, le vin est au rendez-vous : massif, puissant avec une très belle carrière en devenir.

À L’ŒIL : la teinte est un rose nacré délicat, avec une effervescence  fine et joyeuse.

AU NEZ : le nez est d’emblée d’une grande richesse et très puissant avec des notes de kirch et de cerises très mûres, prunes charnues, grenades et cranberries. Solaire, généreux, c’est une corne d’abondance de fruits mûrs qui nous transporte dans un univers très pâtissier. Les notes de brioche, de beurre frais sont bien en ligne avec l’esprit du millésime.

EN BOUCHE : des arômes subtils, pamplemousse confit, sous-bois grillé. C’est gourmand et sans retenue, le vin « s’exprime » sans compter, la bouche puissante se révèle d’une formidable amplitude. Le palais est tapi par une texture ample et une belle persistance aromatique.

LA VENDANGE POUR CHARLES HEIDSIECK.

Les premiers coups de sécateur ont été donnés dès le 9 septembre. La cueillette a eu lieu par un temps frais, sec et ensoleillé. La fraîcheur nocturne a favorisé l’accumulation des sucres dans les baies. Grâce à la chaleur et à la pluie, les grappes affichaient un poids supérieur à la moyenne ainsi qu’une très belle richesse en sucre située autour de 10% de volume d’alcool potentiel. Bonnes nouvelles auxquelles s’ajoute un très bon niveau d’acidité, conférant à ce millésime un équilibre et un potentiel de garde très prometteurs. Les premières dégustations révèlent des chardonnays particulièrement exceptionnels, et des pinots noirs subtils et aromatiques.

Notes de Cyril Brun, 

Chef de Caves

 

2005 EN CHAMPAGNE - Un millésime d’exception.

L’année 2005 a réservé un beau scénario à la Champagne en particulier : un hiver frais et sec, une canicule précoce en juin, favorisant la  oraison des vignes, des précipitations raisonnables en été, et en n, le retour de fortes chaleurs début septembre, idéales pour la parfaite maturation des raisins.